Windows 10 et la domotique: qu'en pensez-vous?

HomeBLOG FRANCAISWindows 10 et la domotique: qu'en pensez-vous?

Depuis un mois qu’elle est sortie, la nouvelle version du célèbre système d’exploitation de Microsoft, Windows 10, déchaîne déjà les passions.

On retrouve toujours les pro-windows pour qui le monde de Microsoft est quasiment celui des bisounours, et les anti-windows (généralement les pro-Apple) pour lesquels tout ce qui vient de Microsoft est à exorciser. Et les 2 mondes passent leur temps à se faire la guerre par réseaux sociaux et forums interposés, sans qu’il n’y ait jamais réellement de vainqueur. Comme en politique, chacun campe sur ses positions et rien ne change.

Quoi qu’il en soit, notre propos aujourd’hui n’est pas de savoir qui est le meilleur entre Apple et Windows, car à vrai dire, on s’en fout. Nous souhaitons partager avec vous une réflexion sur le potentiel qu’à cette dernière mouture de Windows pour servir dans une installation domotique.

Voyons cela plus en détail.

Windows 10 en tant que serveur domotique

Pour les non-initiés, on parle de serveur domotique quand une machine, que ce soit un ordinateur (PC complet ou machine type Raspberry Pi) ou un automate, est utilisée pour contrôler certaines ou toutes les fonctions de la maison. Dans certains cas il est le cerveau de la maison et sans lui rien ne fonctionne, dans d’autres il s’agit simplement d’un élément en plus permettant le contrôle de l’installation, cette dernière pouvant continuer à fonctionner même si ce serveur est en panne.
Cette précision ayant été apportée, revenons en à notre sujet. Microsoft a annoncé une version de Windows 10 pour les plateformes type Raspberry Pi et MinnowBoard Max: Windows 10 iot Core. La question que nous nous posons est donc la suivante: Windows 10 peut-il représenter une réelle alternative à un Linux pour ce genre de plateforme, puisque de plus en plus de box domotiques sont développées sur Raspberry Pi?

Dans l’absolu on peut dire que oui. Le principal avantage, si vous avez l’habitude de développer des applications Windows, est que vous procéderez de la même façon que vous les faisiez auparavant, en utilisant Python, Node.js et C#. Mais aussi en utilisant les outils que vous utilisez déjà comme Visual Studio par exemple. Vous pourrez ensuite tester ces applications directement sur un PC Windows 10 avant de les compiler pour le RPI.  

windows10raspberrypi.0.0

Là où on se pose des questions c’est sur la fiabilité du système. Windows 10 est encore très jeune et les bugs risquent d’être nombreux au moins les premiers mois. Il faudra donc installer des correctifs et des mises à jour.

Venons en maintenant à la partie sécurité. Depuis Windows 8, il est clair que Windows collecte des informations sur vos habitudes devant votre ordinateur. Il semblerait que Windows 10 continue sur cette lancée en l’accentuant même puisque il envoie aux serveurs Microsoft dans le cloud des volumes d’informations importants, jusqu’aux caractères que vous tapez sur votre clavier, des extraits de vos sessions webcam, etc…

Devant ce constat, la question se pose: avons-nous réellement envie / besoin qu’une application domotique se fasse renifler constamment par Windows et que toutes les informations de notre maison soit livrées sans notre consentement aux serveurs de Microsoft? Autant utiliser une solution cloud dans ce cas, non? Ou autant laisser ouverte la porte de notre maison avec un panneau “Entrée libre et gratuite”.

Peut être que la version iot n’aura pas ces fonctions, mais sommes-nous prêts à prendre le risque?

Windows 10 en tant que client domotique

Une autre façon d’utiliser windows 10 pour la domotique serait en tant que client. Autrement dit, vous installez une application, et vous contrôlez ensuite votre superviseur domotique directement depuis cette application. Le gros intérêt est que Windows 10 est maintenant un OS adapté à toutes les plateformes, depuis le smartphone jusqu’au PC de bureau.

Contrairement à la version serveur, les données ne sont pas stockées dans Windows mais sur le serveur que vous utilisez. Que ce soit une box domotique, un automate, ou un contrôleur de type Crestron par exemple. Sur Windows vous n’avez donc que la partie émergée de l’isberg. Les informations concernant votre maison et ce qu’il se passe à l’intérieur de celle-ci sont donc traitées en dehors du système Windows.

Reste encore la fiabilité du système lui-même. J’ai déjà constaté, chez certains clients qui utilisent une machine sous Windows 7 pour superviser leur maison, qu’il faut régulièrement redémarrer la machine en raison de plantages. Ce n’est pas spécifique à Windows, cela est vrai, et peut arriver avec n’importe quel système. Mais il faut reconnaître que l’OS de Microsoft s’est fait aussi une réputation due à ses écrans bleus, il fut une époque.

Windows 10 et Alljoyn

Une autre nouveauté de Windows 10 est sa volonté évidente et louable de vouloir entrer dans le monde de la smarthome avec Alljoyn. Alljoyn est la technlologie utilisée par la AllSeen Alliance (150 industriels) pour rendre inter opérables de nombreux appareils qui pourraient ainsi communiquer ainsi entre eux de manière plug and play. Du moins c’est la théorie.

alljoyn

En pratique, ça risque d’être différent. Personnellement quand on met dit “plug and play” dans le domaine de la domotique, j’ai quelques doutes. Quand on me dit ensuite solution domotique cloud based, et constituée d’objets connectés, je commence à me poser sérieusement des questions. Mais si en plus on me dit avec une application sous Windows qui va gérer tout ce qui se passe dans ma maison, avec le risque que ces informations se retrouvent sur les serveur Microsoft, alors là, ça ne me fait plus rire du tout.

Car le but est que Windows 10 puisse scanner tous les appareils “Alljoyn” se trouvant sur l’installation pour les intégrer dans son système de manière simple. Et où vont finir toutes les données renvoyées par ces appareils, genre système d’alarme connectée, caméra de surveillance ou serrure connectée?

Sans vouloir la jouer complètement parano, il est à l’heure actuelle très facile de pirater un réseau wifi dans une maison individuelle (voir cet article très intéressant de maison et domotique). Pourquoi? Parce que la plupart des personnes ne savent pas comment sécuriser leur réseau, et n’ont pas les compétences pour le faire. Leur maison devient donc une véritable passoire numérique. Il devient urgent de sécuriser au maximum les installations de nos domiciles (voir notre article du mois de mai). Ce n’est donc pas le moment de laisser la porte ouverte à ce genre de pratiques cloudiennes et microsoftiennes bassement matérialistes sur lesquelles nous n’avons aucune maîtrise. Car soyons clairs, ce flicage intégral de nos vies et de nos données a un but précis: nous pomper un maximum d’informations pour pouvoir nous vendre un maximum de choses à partir de ces informations. Sans compter les applications détournées qui pourraient en découler, plus ou moins légales et / ou douteuses.

Le côté qui pourrait être rassurant dans tout ça serait de se dire: “oui mais l’alliance AllSeen regroupe de nombreux industriel, c’est quand même un gage se sécurité”. Est ce que le fait de rassembler 150 industriels au sein d’une alliance en fait un critère de choix et de fiabilité? Pas du tout. On a déjà vu de nombreuses alliances se former pour rendre inter opérables les protocoles domotiques en tous genres. Jusqu’à présent, cela n’a pas donné grand chose. Et d’ailleurs certaines sont complètement passées aux oubliettes. Je vous invite d’ailleurs à jeter un oeil au 4ème chapitre de cet article qui en parle très bien: http://www.frenchweb.fr/les-4-grandes-intox-dans-les-objets-connectes/204608#hMvjdtBt4w6vXLSt.01

Conclusion

En ce qui me concerne, pour la partie serveur je resterai sur des systèmes Linux qui ont fait leurs preuves aussi bien en terme de fiabilité qu’en terme de sécurité. Pour la partie client, je serais curieux de tester une application domotique ou une webapp sous environnement Windows 10, que ce soit sur un smartphone ou une tablette.

Mais quoi qu’il arrive, il est hors de question je préconise des solutions aussi peu sécurisées que celles dont je viens de parler dans ces quelques lignes.

J’espère que ces quelques pistes vous permettront d’avoir un avis un peu plus éclairé sur la question, et vous invite à partager les vôtres en commentaire.   

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *