Professionnels: quelles solutions domotiques pour vos clients ? Partie 1

HomeBLOG FRANCAISProfessionnels: quelles solutions domotiques pour vos clients ? Partie 1

L’article de ce jour a pour vocation de s’adresser aux professionnels qui s’intéressent à la domotique soit parce que cela fait partie intégrante de leur métier, soit parce qu’ils s’y intéressent dans le cadre du développement de leur activité, soit parce qu’ils envisagent de créer une entreprise dans la domotique.

A travers cet article nous allons vous proposer une réflexion par rapport aux technologies domotiques que vous prescrivez / installez / programmez. Quelles sont-elles ? Comment choisir la (les) bonne(s) ? Quels sont les principes de base à prendre en compte pour bien choisir ? Quelles conséquences sur votre métier ?

Les technologies domotiques : quelles sont-elles ?

Nous en avons déjà parlé à de nombreuses reprises dans nos colonnes ou bien à travers le blog Domoconcept. Les offres et technologies domotiques sont nombreuses et il peut être difficile de faire un choix dans toute cette jungle.

On distingue 3 grandes catégories :

  • Les solutions filaires, parmi lesquelles on citera Crestron, MyHome, KNX, LON, Bacnet, X10, Insteon, etc…
  • Les solutions sans fil de type Z-Wave, Zigbee, X2D, Myfox, KNX
  • Les solutions combinant filaire et sans fil comme Crestron, KNX, Loxone.

Dans ces 3 catégories vous trouverez des technologies propriétaires et d’autres non propriétaires. A cela vous pouvez également ajouter maintenant les objets connectés, plus anecdotiques à l’heure actuelle mais dont on entendra certainement beaucoup plus parler dans les mois et années à venir avec l’émergence des solutions de géants tels que SmartThings, HomeKit, HomeLive et AllJoyn.

Gardez ceci présent à l’esprit quand vous vous orienterez vers l’un ou l’autre système domotique pour vos clients : plus vous multiplierez les technologies différentes dans une même installation ou bien chez des clients différents, plus vous multipliez les risques. Qu’est ce à dire ? Simplement, réfléchissez à ceci : si vous avez 10 installations utilisant chacune des techno différentes (la première en KNX, la seconde en MyHome, la troisième en Z-wave, la quatrième en Zigbee, la cinquième en Crestron, la sixième en Delta Dore, etc…), pour être performant il faudra que vous maîtrisiez sur le bout des doigts l’ensemble de ces technos. Cela veut dire que ça exigera de votre part un investissement en temps (mettre les mains dans le cambouis pour voir comment ça fonctionne), mais également en argent pour aller vous former à ces différentes technos, ce qui implique coût des formations, frais de déplacement et d’hébergement, et bien entendu du temps qui ne peut pas être employé à chercher des clients.

open_protocols

Souvent il vaut mieux se focaliser sur une ou deux technologies bien choisies et les maîtriser à fond, plutôt que de s’éparpiller et de les maîtriser peu voire pas du tout.

Comment choisir ?

Plusieurs pistes de réflexions sont à prendre en considération lorsqu’on fait de la domotique un métier. Nous parlons bien ici de métier, non pas du choix d’une technologie pour une personne souhaitant simplement construire ou rénover sa maison. Autrement dit, il s’agit de réflexions pour des personnes qui envisagent de réaliser plusieurs installations par an. Ceci dit les conseils qui sont écrits ci-dessous sont valables pour tous.

  • Pensez à la maintenance de vos installations. Reprenons l’exemple des 10 installations différentes que vous avez réalisé précédemment. Et tâchez maintenant d’imaginer maintenir ces 10 installations dans 5 ans :
    • Pour commencer, dans 5 ans ce ne sera plus 10 mais (je vous le souhaite en tout cas) 50, 70 ou 100 installations qu’il vous faudra maintenir
    • Si vous avez testé sur ces installations toutes les technologies de la création, imaginez le casse-tête lorsqu’il vous faudra aller dépanner une ou plusieurs de celles-ci
  • Pour ceux qui utilisent des technologies propriétaires. Bien souvent vous les utilisez parce qu’elles sont simples à mettre en œuvre et, ne nous voilons pas la face, ce sont celles qui vous rapportent le plus de marge. Gardez cependant à l’esprit ces quelques remarques :
    • pensez au futur : ne raisonnez pas simplement sur la capacité financière d’un industriel pour estimer la pérennité de la solution domotique qu’il commercialise. Raisonnez aussi en terme de pérennité de l’offre elle-même : la technologie est-elle viable? A-t-elle réellement un avenir ou bien est-ce seulement un effet de mode ? Un exemple tout simple : Legrand, entreprise qui a les reins solides financièrement et qui commercialisait à une époque une solution baptisée InOne. En entendez-vous encore parlé de nos jours ? Avez-vous déjà essayé de reprendre une installation en InOne qui présente des problèmes ou des produits défectueux ?
    • pensez à l’interopérabilité : comment vos clients vont-ils faire évoluer leur installation (multiroom, vidéo, alarme, etc…) dans le futur ? Il faut que dans 10 ou 15 ans vous soyez en mesure de faire évoluer leur installation en fonction de leurs demandes sans avoir besoin de tout démonter et tout refaire. C’est vous qui devez anticiper leurs besoins.
  • Un mot concernant les technologies 100% radio et / ou low-cost dont on entend beaucoup parler de la part des personnes qui se font eux-mêmes leur propre installation domotique. Est-ce que ces solutions sont viables à long terme pour une entreprise ?
    • En terme de maintenance à long terme : Maintenir une seule installation dans laquelle on change les piles tous les ans ok. Mais que se passe-t-il quand on en a plusieurs dizaines à gérer ?
    • Les clients qui demandent ce genre d’installation se sont en général renseignés sur internet. La source de leur information est-elle fiable ? Est-ce que le choix de ces technologies est plutôt une question de budget ? Si c’est le cas, croyez-vous raisonnable de penser que ces clients vous paieront une maintenance annuelle pour l’entretien de l’installation, le changement des piles, la mise à jour de la box domotique, et j’en passe ?
    • Quelle est votre valeur ajoutée en tant qu’intégrateur domoticien sur ce type d’installation ? Quel est votre différenciateur ?
    • Ce n’est pas parce que ces technologies entrent dans le cadre d’alliances et de consortiums avec des fabricants que ça en fait des solutions adaptées à un usage et une commercialisation professionnels. Ce n’est pas pour autant non plus que ça en fait des solutions pérennes à long terme.
  • Les objets connectés: c’est très à la mode, c’est fun parce que c’est design, et ça plaît aux gens. Cependant il faut également se poser plusieurs questions avant de proposer une installation domotique complète à vos client sur la base d’objets connectés:
    • Tous les objets connectés qui seront installés sont-il tous inter-opérables? Autrement dit, pourront-ils communiquer les uns avec les autres?
    • Ont-ils vraiment une pérennité sur laquelle vous pouvez compter? Ce sont en général des produits nouveaux qui n’ont pas fait la preuve de leur fiabilité à long terme.
    • Ils fonctionnent la plupart du temps sur le cloud. Nous avons déjà évoqué sur ce blog les problèmes de sécurité que cela pose. Etes vous prêt à prendre le risque?
    • Et toutes les questions citées dans le $ technologies radio peuvent également s’appliquer ici, que ce soit en terme de maintenance ou de valeur ajoutée pour vous.
    • Ces quelques questions n’ont pas pour but de vous décourager d’intégrer des objets connectés dans une installation. Rien ne vous empêche vous ou vos clients d’en ajouter quelques-uns qui pourront éventuellement ajouter des fonctions supplémentaires. Mais n’en faites pas le cœur de l’installation.
    • Pour plus d’informations sur la pertinence des objets connectés dans une installation domotique, je vous invite à lire notre article à ce sujet.

Nous avons encourageons à méditer sur ces quelques points pour aujourd’hui. Demain nous publierons la 2ème partie qui vous expliquera comment choisir la ou les bonne technos.

2 thoughts on “Professionnels: quelles solutions domotiques pour vos clients ? Partie 1

  1. Quelle lucidité, quel professionnalisme, que de vérités et de réalités dans cet article !!!

    Le BABA et les règles essentielles que devrait pratiquer tout intégrateur-domoticien digne de ce nom !!!

    Hélas, sur le terrain quotidien, on est loin de ces bonnes pratiques et les vrais intégrateurs-domoticiens ne sont pas très nombreux, surtout dans le résidentiel !!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *