COP21: quels enjeux pour la filière domotique?

HomeBLOG FRANCAISCOP21: quels enjeux pour la filière domotique?

Le changement climatique est au coeur de nombreuses discussions à l’heure actuelle. Les gouvernements essaient de se fixer des objectifs pour réussir à diminuer les émissions de gaze à effet de serre et ainsi réduire au maximum l’élévation de la température au niveau mondial.

En décembre la France accueillera la 21ème conférence des Nations Unies pour les changements climatiques. En quoi la (pour 21 ème conférence, la première ayant eu lieu en 1994) est-elle COP21_Parisplus importante que toutes celles qui ont précédé? Déjà parce qu’elle accueillera plus de 40 000 participants. Mais aussi et surtout parce que c’est durant cette 21ème conférence que les états fixeront leurs objectifs en matière de développement durable et de protection de la planète.

Tandis que la France va s’engager à réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, les Etats Unis par exemple se fixent un objectif de 26 à 28 % d’ici à 2025.

Tout ceci est bien beau, mais en quoi cela concerne t-il la filière domotique et bâtiment intelligent, qui nous intéresse particulièrement? Sommes-nous même concernés par cette conférence? Nous allons tâcher dans cet article d’analyser en quoi notre expertise dans notre domaine d’activité peut être un atout non seulement pour l’environnement, mais également pour le futur de nos activités respectives.

Les objectifs de la France pour la COP21

La France s’étant fixé pour objectif de réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre, cela veut dire qu’un gros effort va devoir être fait au niveau national. Cela passera par une meilleure gestion des transports par la mise sur le marché de véhicules plus propres, le développement des véhicules électriques. Cela sous-entend également de développer les sources d’énergie renouvelables comme la biomasse, le photo-voltaïque et l’éolien.

Cela veut aussi dire réduire de manière drastique la consommation en énergie des bâtiments qu’ils soient publics, résidentiels, de bureaux, etc. De nouvelles normes de construction apparaitront avec dans un premier temps la RT2020. Les bâtiments devront être de plus en plus économes en énergie et il faudra donc trouver des solutions pour y arriver. Il faudra également trouver des solutions pour réduire l’impact environnemental des villes. Voyons tout cela d’un peu plus près.

Réduire la consommation énergétique dans le bâtiment

Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, il est nécessaire que nous soyons tous vigilants en rapport avec nos modes de vie habituels. Faire attention à ne pas gaspiller l’énergie, l’eau, utiliser autant que possible les énergies renouvelables, trier nos déchets, favoriser les transports en commun et le covoiturage, etc…

Réduire la consommation énergétique c’est autant favoriser les énergies renouvelables que contribuer à réduire l’impact environnemental des bâtiments nouveaux et existant. Comme vous pouvez le constater sur le diagramme ci-dessous, même si le bâtiment n’est pas le principal pollueur, il n’en reste pas moins un facteur important.

evolution_émissions_co2

Réduire l’impact énergétique des bâtiments et des habitations relève de la responsabilité de tous. Et d’un réel engagement personnel. Mais en tant que professionnels du bâtiment nous avons également un rôle à jouer.

Le rôle des domoticiens

Dans le cadre du bâtiment et même du résidentiel, nous avons un rôle capital à jouer pour que les bâtiments soient conçus de la manière la plus intelligente possible. Car même si réduire l’impact énergétique des bâtiment réside dans une conception différentes du bâtiment lui-même (sa structure, les énergies renouvelables, les matériaux employés), il n’en reste pas moins que si un minimum d’intelligence n’est pas prévu dans les mécanismes de régulation, ce sera à coup sûr des pertes d’énergie significatives qui seront induites.

Rôle dans la conception

Notre rôle s’établi d’abord en tant que conseil. Etant donné que nous sommes amenés à intervenir en accord avec plusieurs corps d’états en même temps, nous devons nous assurer en amont, avec les architectes et bureaux d’étude, que les technologies prévues pour les différents lots soient bien communicantes. C’est un point indispensable à toute bonne réalisation. Ne faites pas l’impasse sur une étude pointue et détaillée du bâtiment dans son ensemble. N’hésitez pas à faire connaître votre point de vue sur les technologies préconisées par les bureaux d’étude, qui n’ont pas forcément une vision aussi globale du bâtiment et des systèmes qui le constituent dans son ensemble.

Notre rôle peut aussi tout à fait trouver sa place dans la rédaction des CCTP. Le métier de conseil et intégration en bâtiment intelligent mérite qu’on y consacre un lot à part entière dans les projets, et non pas uniquement un rôle de sous-traitant plus ou moins obscure.

Rôle dans la réalisation

Pour que les systèmes de régulation de chauffage, d’éclairage, de ventilation et de motorisations des ouvants se combinent de manière à optimiser automatiquement aussi bien les apports naturels d’énergie que les consommations, il est indispensable que tous les systèmes constituants soient correctement paramétrés.

C’est là qu’on voit l’utilité d’une bonne étude en amont, afin d’éviter la multiplication des systèmes différents et pas forcément interopérables les uns avec les autres. Multiplication des systèmes peut aussi vouloir dire multiplication des passerelles pour faire communiquer les uns avec les autres, et donc potentiellement des problèmes de maintenance en cas de panne ou mauvais fonctionnement.

Dans le cas où des passerelles existent (comme c’est très souvent le cas), il faut que la personne qui va paramétrer les systèmes et / ou la GTB ait des compétences dans ces différents systèmes et soit capable de les intégrer tous dans un seul environnement homogène.

Rôle dans la maintenance et l’évolution

Notre rôle ne se limite pas à faire une mise en service. Il faut que nous guidions les utilisateurs pour la prise en main de leur GTB / supervision. Il faut aussi que nous soyons capables de faire évoluer le système, d’analyser les données qui sont transmises par la GTB, afin d’améliorer l’optimisation énergétique et de mettre en place des procédures automatiques qui permettront d’y arriver.

Réduire la consommation énergétique dans les villes

Nous l’avions déjà évoqué dans notre article sur les smart cities. L’avenir du bâtiment se situe non seulement dans les systèmes d’hypervision entre bâtiments mais aussi dans les smart cities. KNX travaille déjà au développement du protocole pour l’étendre au niveau de villes. Qu’est ce que cela sous-entend exactement?

Cela veut dire que les bâtiments, maison individuelles, immeubles de logements ou de bureaux deviendront communicants. Notamment en faisant remonter des données concernant leur consommation d’énergie, les périodes durant lesquelles les bâtiments ont un besoin moins fort en énergie. Et pouvoir rediriger automatiquement la production d’énergie vers les destinataires qui en ont le plus besoin à cet instant. Pouvoir utiliser les surplus de production générés par les installations photovoltaïques pour les ré-injecter ailleurs.

Des moyens très simples peuvent être mis en oeuvre dans un premier temps. Si par exemple les promesses sont tenues avec Linky, le nouveau compteur ERDF, de fournir des données de consommation au format KNX (déjà évoqué précédemment), il est évident que l’interopérabilité entre bâtiments en sera facilitée.

Il y a de nombreuses applications qui peuvent être mises en oeuvre au niveau des villes pour contribuer à des villes plus intelligentes, plus communicantes et donc plus économes en énergie. Vous en trouverez quelques exemples sur ce document élaboré par l’association KNX.KNX-City

Est ce que les Smart Cities représentent l’avenir des domoticiens que nous sommes? Certainement pas pour la majorité d’entre nous, soyons en bien conscients. Mais pour ceux qui vont jouer un rôle actif dans ce domaine dans les années à venir, cela sera certainement passionnant. Pour tous les autres, ce futur est encore une fois l’occasion de rappeler l’importance d’opter pour des standards dans vos installations. Si au niveau individuel cela ne vous semble pas important, à un niveau global cela devient primordial.

Conclusion

Comme nous l’avons vu tout au long de cet article, les domoticiens ont un rôle prépondérant à jouer dès aujourd’hui pour atteindre les objectifs de la COP21. Cela ne se fera pas sans difficulté, comme nous le constatons tous les jours à un niveau bien moindre. Mais c’est dès aujourd’hui qu’il faut commencer à “évangéliser”.

Nul doute que l’avenir de notre métier sera particulièrement intéressant, surtout pour ceux qui orientent leur activité vers la partie purement “énergétique”.

2 thoughts on “COP21: quels enjeux pour la filière domotique?

  1. Christophe, dans ce court article tu as résumé la place et le rôle prépondérant de l’intégrateur-domoticien dans l’approche constructive d’un bâtiment.
    Pour moi, je le définis comme le chef d’orchestre des lots techniques du second œuvre.
    Sa participation à l’élaboration du CCTP et sa présence très en amont du projet sont primordiales car il doit définir avec exactitude les besoins du client qui sera l’usager et pour qui la technologie doit impérativement être en adéquation avec ses souhaits.
    De plus, il sera le conseiller et l’instructeur qui expliquera et suivra l’usager dans son utilisation quotidienne.
    Hélas encore aujourd’hui, cette technique est encore trop souvent entre les mains de commerciaux dont le seul but est de faire du chiffre d’affaires et non de satisfaire le client !!!
    Nous n’avons pas la puissance financière de ces lobbyings pour assommer le peuple de publicités commerciales extravagantes et ciblées vers une classe aisée de la société alors que la domotique est aujourd’hui à la portée de toutes les bourses si elle est bien pensée très en amont par des spécialistes que sont les intégrateurs, conseillers en domotique.

  2. Pingback: Classement des produits KNX par catégorie |

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *